L'insignifiante vie d'Arthur Besson...

Posted Monday, December 4, 2006

Filed under: ,

En tant que conjoint de prof, j'ai eu droit à des invitation spour des séances au cinéma. Vexé de n'avoir pas pu voir Le Grand Meaulnes, et loupé Le Parfum, cette fois on a finalement répondu présents. Mais Luc Besson a pondu un navet à la sauce minimoÿs, dont je me sent obligé de présenter la nullité abyssale... Avis partiel de spectateur ahuri.

Tout d'abord, le procédé : "une technologie révolutionnaire", "des effets très spéciaux"... Moi je n'ai vu que de la 3D effet cheveux filasse, une animation palotte à côté de Roger Rabbit, et un seul plan de caméra m'a donné une impression de mouvement naturel. Je dois être bien plus critique que je n'étais au futuroscope...

Passons maintenant à l'histoire, ou plutôt à son absence. Le roi Arthur se retrouve mélangé dans le même camion-benne que Star Wars et Les aventuriers du timbre perdu. Quand on mélange autant de peintures, on n'obtient que du marron...
Arthur, donc, doit sauver sa famille et un peuple de fées microscopiques vivant dans son jardin. Pour cela, il rétrécit et va combattre les méchants insectes en les abreuvant de ses discours sans fin. M le maudit (encore une référence, louez plutôt ce chef-d'oeuvre si vous voulez voir un bon film) a pourtant bien de la répartie, en termes de langue trop bien pendue. Le responsable de la longueur des discours n'a aucune pitié et embroche cliché sur cliché, servi entre deux tranches de violon sirupeux. Je ne vois pas à quel âge ce poison est destiné : trop bateau pour des adultes, trop mou et trop long pour des enfants...

Rions maintenant du découpage. Selon un vieux principe, pour faire monter le suspense il est bon d'intercaler des scènes plus lentes au milieu d'une course-poursuite.
Eh bien le procédé est ici utilisé, mais par un imbécile. Au bout d'une pénible demie-heure, le film semble enfin avancer vers sa fin Ô combien prévisible quand soudain reparaissent les parents. C'est évidement l'occasion de raconter aux malheureux pantoches toute la lénifiante introduction qu'ils ont manqués... Et d'assommer le spectateur qui se demande vraiment comment on peut, avec un aplomb aussi professionnel, se foutre de sa tête comme ça.

Sur les tracts servis à l'entrée, on nos dit que c'est une occasion pour les enseignants de travailler sur l'invention de vocabulaire mais allez voir Boris Vian pour cela plutôt. On nous parlait d'enseignements écologique, mais rien de tel à l'horizon. Faut dire que le nez dans les hautes herbes en plastique, on ne doit pas voir très loin... Pas plus loin que la princesse Sélénia, dont les hanches de cuir viennent régulièrement cogner l'objectif de la caméra sous les regards lubriques du reste du casting.

Tiens, parlons-en du casting. Quand le film ne sort pas du ventre plastique d'une station de production informatique, les acteurs nous sortent le plus beau numéro d'amateurisme qu'il m'ait été donné de voir. Charisme au zéro absolu, parôles précieuses déclamées à la louche au moindre prétexte, leur surgissement incessant parmi les scènes informatiques est plus qu'usant : c'est la honte du septième art.

En conclusion, rien, absolument rien ne vient sauver ce "film". Pas la moindre étincelle, pas la moindre ombre de bon jeu de mot, pas la plus lointaine perle, cachée dans cette gangue de boue.

Le 13 décembre, si vraiment vous devez sortir... N'allez pas vous ennuyer devant un tel navet de Noël. Même vos enfants ne méritent pas ça !

Cet avis n'engage évidement que moi.
En tout cas, on verra probablement fleurir un jeu vidéo et une attraction à Disneyland, les navets en portent le germe...

Comments disabled because of spammers.

comment #1 On 19/12, Toto wrote :

Snobinarde de merde..

comment #2 On 20/12, BenF wrote :

Cela fait plaisir de lire des commentaires constructifs, toto... connard.

comment #3 On 04/01, mami wrote :

Conjoint de prof (de fainéant...)

comment #4 On 04/01, dqsd wrote :

fonctionnaires = handicapés

comment #5 On 05/01, Goulven wrote :

Je vais pas tarder à modérer les commentaires et à demander une adresse mail valide, si le niveau continue à s'élever comme ça...

Messieurs ou mesdames "toto", "mami" et "dqsd" (avoir le courage de ses idées ne va pas de pair avec l'anonymat derrière lequel vous vous réfugiez), vos opinions non étayées ne changeront rien au fait que ma partenaire passe plus de 5 heures à préparer une seule heure de cours, et qu'elle en passe encore beuacoup dans les transports.
J'effacerai personnellement tout nouveau commentaire plus con que -structif.

comment #6 On 11/03, tony wrote :

yes marche nikel

Technorati Profile